Ensuite on est parti vers la Bolivie en longeant le lac Titicaca pour se poser a Copacabana comme la plage de Rio au Bresil, et a ce qui paraitrait ce serait meme a cause de cette ville qu´elle aurait son nom. On a fait la rencontre du proprio de l´hotel chic du village le fameux Gunther enfin c´est comme ca 1qu´on l´a appele, un hollandais qui parle toutes les langues et qui aime en use parfois trop. Il suffit de le lancer avec un petite question de rien du tout du style : "a quelle heure ce couche le soleil?" et la on a droit a l´histoirique de sa vie comme quoi il revient d´equateur et que normalement il se couche vers 18h30 mais peut etre ce sera un peu plus tot et que blabla.... on le stoppe avant la fin sinon il va faire nuit et le coucher de soleil on le verra pas. Son hotel est vraiment charmant un peu style grec, en meme temps sur ce lac on se croit en mediterranee.

Le lendemain on part sur l´ile du soleil juste en face, mais vu les bateaux on met 2h pour y aller. En fait, c´est surtout qu´il ne mette pas les gazs par peur d´user trop déssence ou je sais pas, on a beau eu essaye de chauffer le conducteur, Claire lui a demande ce qu´il avait dans le ventre son bateau mais son orgueil n´a dure qu´un quart de seconde... On se fait donc une nuit sur l´ile avec le ciel etoile les plus fou qu´on ait vu du voyage. Sur l´ile on a quand meme droit a des taxes de passage a chaque village. Plutot que de developper des activites pour les touristes (pour leur prendre leurs sous) ils preferent rester planter sur le chemin principal et leur mettre des taxes de passage, et courir apres ceux qui font un detour pour l´eviter. On en est pas arriver la 2mais on a juste negocier pour en payer que la moitie.

Ensuite on est revenu voir Gunther qui nous a conseille d´aller voir des iles flottantes et que c´etait tres beau et que normalement... ta gueule !! On part avant la fin de sa tirade mais Alexis a quand meme droit a un hug d´au revoir et on apprend ainsi son nom : Martin.
Ensuite c´est la bataille pour trouver un bus qui part a Uyuni, pourtant ils savent bien que tous les touristes de ce pays viennent voir cette region mais ca les empeche pas d´envoyer un bus par jour depuis la Paz. Bref, on passe par Potosi en rallongeant notre peine de qq heures mais au moins on perd pas un jour. Nos deux visiteurs ont la joie de tester le fameux "bus cama", mieux que la business en avion.

On arrive donc a Uyuni, une ville tres vilaine ou les gens ne sont la qu´en transit vers le salar et le sud Lipez. C´est un peu le aguas calientes de la Bolivie, les hotels sont chers pourri et souvent complet. On opte pour un hotel naze mais de categorie superieure pour la ville avec un supplement pour le chauffage qui double le prix de la chambre mais bon vu les temperatures dans la region, on n´hesite pas trop. Sur les 3coups des 5h du mat un borracho (c´est un peu le sport national avec le taxage de touriste) frappe a notre chambre surement a la recherche d´un endroit chaud pour dormir. En meme temps c´etait la fete nationale du coup, tout le monde se bourre la gueule... Bref, moi je crois que le proprio que veut nous emmerder parce qu´on a laisse le chauffage au taquet toute la nuit et que visiblement ca l´emmerde vu qu´il nous coupe l´electricite des qu´on quitte les chambre. En meme temps la veille on l´a bien menace de ne pas payer le chauffage s´il nous coupait pendant la nuit. Du coup j´ouvre et je lui dit de se barrer vu l´heure et je me rend bien compte que c´est juste un homme bourre qui cherche un endroit pour dormir mais ce sera certainement pas chez nous. Avec un petit plus de lucidite il aurait pu mettre son pied pour bloquer la porte mais bon le temps que l´information de l´ouverture de la porte arrive a son cerveau j´avais deja referme. Du coup ca nous l´a motive a frappe la porte encore un bon quart d´heure avant de se decider a en essaye une autre.

On se casse donc le lendemain pour le classique tour en 4x4, apres avoir negocie une discount pour cause de "boulet qui essaie de s´incruster dans la chambre a 5h du mat". Comme on est avec Claire et Alexis, on 4a droit au seul jour de la saison seche ou il fait pas beau dans cette region, visiblement c´est leur quotidien depuis le debut de l´ete. J´exagere on a quand meme le droit a un jour de beau temps et un autre jour pas trop mal mais le dernier jour, celui ou on devait voir la laguna verde avec le volcan licancabur derriere et ben ca a ete la laguna grisa avec les nuage derriere...
Bref ca reste quand meme un endroit d´une beaute hallucinante et d´un froid hallucinant aussi. Notre cher chauffeur "David Starsky" (et oui on a donne des surnoms a la con a tout le monde) etait pas tres causant mais au moins il avait le merite de ne pas se bourrer la gueule avec les autres ce qui nous a eviter des endormissement ou des ecarts de routes comme bien d´autres groupes.

On est rentre ensuite a la Paz en bus de nuit sauna. Oui comme il ne savent pas comment marche un chauffage, c´est soit rien il fait -10 dans le bus comme a l´aller, soit a fond et il fait 35... En plus Alexis et Claire sont sous le radiateur, du coup il ne dorme pas de la nuit. En arrivant a la Paz, il decide que le rythme du voyageur routard des forains 5que nous sommes ca suffit et il regarde dans le lonely planet l´hotel le plus cher de la ville (60 euros, le prix d´un hotel de passe miteux a Paris mais notre budget pour 3 jours ici). On arrive donc avec le portier qui nous ouvre la porte du taxi, le porteur qui nous monte les baggages dans la chambre. Ensuite dans la chambre c´est climatisatin, chauffage tele cable, mini bar, baignoire a remoue et j´en passe. Du coup, on sort pas beaucoup de notre chambre...

Ensuite, il a fallu occuper les derniers jours, trek ou pas? Huayna Potosi (sommet a 6088m) ou pas? Finalement, on se decide pour un trek de 3 jours dans la cordillera real et on fait bien de pas partir pour le Huayna. Le trek est plutot tranquille, le premier et dernier jour ne sont que des demi journee... Neanmoins, le froid de la premiere nuit et la fatigue du deuxieme jour avec le passage d´un col a plus de 5000m a eu raison de nos deux compagnons qui decident en passant a proximite d´une route de rentrer a la Paz. On finit tout seul avec Audrey pendant que Claire et Alexis se lancent a l´assaut de la route de la mort en velo, une descente de 3-4h sur un route a flanc de falaise. On a donc plutot bien fait de ne pas se lancer a l´assaut du Huayna que nous avons donc fait seul avec Audrey apresleur depart.